Make your own free website on Tripod.com


Nouvel avertissement: certaines images peuvent être choquantes pour des philatélistes.

Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si la flamme
postale n'était pas une espèces marcophile en voie d'extinction! Car,
modernisation oblige, la Poste, grand fondateur de notre hobby, est en 
train de l'anéantir.

Premier fléau: l'apparition, depuis une bonne vingtaine d'années, de
machines à oblitérer les timbres d'une nouvelle génération. Jusqu'alors,
la Poste confiait le monopole de la fabrication des oblitératrices
à la société SECAP. Mais la firme TOSHIBA propose, pour les centres
de tri, des machines capables de traiter 30000 lettres par heures,
capables de répérer où se situe le timbre (grâce aux bandes de
phosphore) permettant ainsi au personnel de vider directement les
sacs de courrier sans avoir à remettre les enveloppes à l'endroit,
qui a toujours ou presque un encrage fort, contrairement aux SECAP
auxquelles il faut donner régulièrement à boire, bref l'idéal pour
rendre le tri postal plus rapide. Mais voilà le résultat!

Une horreur! D'une part le timbre est massacré par les lignes ondulées qui sont toujours à droite, d'autre part Toshiba n'a pas prévu l'installation d'une flamme postale sur ce type de machine. Pourtant ce ne serait pas impossible... Et quand on sait que ces appareils absorbent une part très importante du courrier en partance des grandes villes, on comprend pourquoi la flamme n'est pas si courante et pourquoi on trouve de moins en moins de timbres oblitérés par un cachet rond... Deuxième fléau: les vignettes de distributeurs d'étiquettes.

Non seulement elles sont horribles, monotones, mais en plus elles bouzillent tout! Quand la Poste se décidera-t'elle enfin à réduire la taille de ces saletés on sinon utiliser cet espace pour une création artistique plus esthétique qu'un envol d'oiseaux qui donnerait envie à un chasseur de rester au lit le dimanche matin? Troisième fléau: les EMA? La question est simplement posée car on ne peut pas vraiment parler d'un fléau. Mais je lis souvent dans le courrier des lecteurs de la presse philatélique des plaintes de collectionneurs qui constatent avec amertume la disparition du timbre (et donc de la flamme) au profit de la machine à affranchir. Il faut dire que c'est bien pratique pour une entreprise qui n'a peut-être pas envie de payer son personnel à coller des timbres... Vivons avec notre temps, même des négociants en timbres ont une machine à affranchir. Imaginez vous que les gros organisateurs de ventes sur offres envoient leur catalogue à 30000 philatélistes! Par contre c'est effectivement scandaleux de leur part de vous faire payer des frais de port et de recevoir en retour votre commande dans une enveloppe affranchie à la machine... De plus, l'EMA, c'est quoi si ce n'est pas de la marcophilie? Il existe même une association de collectionneurs, si vous êtes intéressé, écrivez de ma part à son Président ACEMA (Association des Collectionneurs d'Empreintes de Machines à Affranchir) Monsieur Gérard DELMARRE 12, rue de la Villa Gallo Romaine 85200 FONTENAY LE COMTE Pour conclure, voici des exemples de belles EMA qui peuvent figurer dans une collection thématique. Je laisse ma modestie au placard et vous informe que l'EMA du haut est "made in moi"...


Retour à l'entrée de mon site...: